Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 06:40

http://4.bp.blogspot.com/-60XVqAOgDE4/Tk9m_y5rR1I/AAAAAAAAGzM/eW1-qr01T4Y/s1600/DRIVE-poster-1-674x1000.jpgEn octobre 2011 sortait Drive. Avec son minuscule budget, le film fit découvrir au grand public la petite bouille et les yeux de cocker de Ryan Gosling, créa la surprise et récolta un succès unanime. Tous sont d'accord, Drive est un chef d'oeuvre, une réussite majeure. Que ce soit du coté de la presse écrite ou du grand public.

 

Alors tous ? Non !

Non car un petit village d'irréductibles résiste encore et toujours à l'envahisseur.

 

Certains crient au scandale et d'autres à la publicité mensongère car Drive ne répond pas à leur attente (voir l'histoire de cette dame du Michigan qui a porté plainte – lien - )

 

Après réflexion, on peut se demander assez légitimement ce qui s'est passé. 

 

Drive est tout de même un pur produit indépendant. Le genre de film à ne pas dépasser la centaine de copies sur notre territoire. Le genre de film jugé chiant et inutile par les amateurs de tunings venus du nord. Le genre de branlette cérébralo-violente que les aficionados de TF1 rejettent en bloc. 

 

Comment donc faire passer des vessies pour des lanternes et ramener un maximum de public dans la salle alors que l'on projette un petit film indé à 15 millions ? 

 

L'astuce tient en presque deux mots : campagne d'affichage...

 

A gauche l'affiche telle qu'elle fut visible dans les divers festivals où le film a concouru (notamment Cannes) à droite l'affiche ré-interprétée par une armée de "marketeux" français.

 

 http://www.cinexclu.fr/uploads/f34-600x429_drive.jpg

 

Par quoi commencer ? Ce qui saute aux yeux, c'est la rupture de ton opérée par les couleurs. Là où l'affiche originale fait place à des tons bleus et jaunes rehaussés par le rose très pop de la typographie du titre, donnant ainsi un visuel léché tel qu'il est dans le film avec cette accumulation de couleurs, l'affiche française, elle, laisse place à une monochromie bleu glaçante symbole de dureté et de l'absence d'émotion.

 

La pose du personnage principal est elle aussi complètement chamboulée. Le héros n'est plus dans l'attente, il est DANS l'action. En pleine course-poursuite, on pourrait penser à cause de la voiture rajoutée en arrière-plan. Ce qui est en totale inadéquation avec les propos du film. Le héros prônant davantage la discrétion pour s'enfuir plutôt que les folles envolées à toute berzingue.

 

Pour accentuer un peu plus le tout, on observe un décadrage de l'image, ce qui amplifie l'effet de désorganisation, d'urgence et de vitesse, pas le temps de penser ni de réfléchir.

 

http://3.bp.blogspot.com/-iyTaKke5GBs/TkR_ubp_siI/AAAAAAAAACA/6i62VG_G2GQ/s1600/Drive%2BItalian%2BPoster.jpgAdieu aussi la jolie typographie des années 80 qui sert pourtant à ouvrir et fermer le film au cinéma. Elle est ici remplacée par un gros lettrage militaire scindé en son centre et passé en italique, toujours pour donner une impression de vitesse. Encore une fois, nous ne sommes plus ni dans la finesse, ni dans le décalage. Les gros aplats blancs en imposent tout comme notre héros. Toujours dans le même esprit de visibilité, les noms des acteurs et du réalisateur sont clairement visibles alors qu'ils n'étaient là qu'en filigrane dans l'affiche originale.

 

Enfin, pour finir d'attirer le chaland et surtout ne pas décourager les plus cérébraux d'entre nous, un bon gros logo Festival de Cannes est apposé, ce qui est, j'en conviens, un plus non négligeable. L'idée est de ne pas tomber dans l'effet inverse, à savoir décourager le public déjà gagné d'avance.

 

Voilà comment par le biais d'un affichage astucieux, les studios hollywoodiens arrivent à nous vendre n'importe quoi. Je ne remets pas en cause la qualité du film bien entendu mais la pratique légèrement malhonnête. Quant à savoir si le film aurait eu autant de « Hype » sans ce type de promotion... c'est un autre débat.

Partager cet article
Repost0

commentaires

okccool 25/06/2014 19:24

Bonsoir à vous, article tres intéressant car totalement faux, que vous trouviez l'affiche française de Drive, lourde, ringarde, menteuse, c'est votre droit, par contre en ce qui concerne plusieurs
point sachez que vous êtes dans l'erreur . je m"'explique : l'affiche de gauche (affiche américaine) est sorti après l'affiche française sur les sites de référencement d'affiches. deuxième point
vous dites qu'il n'y a pas de courses poursuites nerveuses dans le film ??? avez vous vu réellement le film ? si mes souvenirs sont exacte il y en a au moins deux !!! troisième point , en France
les distributeurs indépendant (en l’occurrence wild side en partenariat avec le pacte) font travailler des graphistes free lance et donc il n'y a pas de "cellule de marketeux" omniprésente car ils
n'en n'ont pas les moyens. dernier point en ce qui concerne la taille des typos , logo , noms des acteurs ainsi que réalisateurs, en France il y a ce que l'on appelle de l'affichage (colonne
Morris, 4x3 dans le métro, affiches dans les kiosque à journaux etc...) donc une affiche à besoin d’être lue de très loin et donc facilement identifiable, chose qui n'existe pratiquement pas aux
états unis... voila quelques petites précisions pour étayer votre article erroné.
très bonne soirée a vous.

Matthieu Fouquet 22/12/2012 10:27

Je suis entièrement d'accord avec ton décryptage d'affiche et la comparaison entre les affiches de cannes et les affiches que nous avons pu voir aux arrêts de bus de la RATP etc..

Pour ma part quand j'ai vu l'affiche je me suis dit "encore un de ces films à la noix(je dis noix pour ne pas être vulgaire) de course de voiture sans intérêt" pourquoi? Parce que le "stéréotypage"
constant des affiche nous donnent déjà une pré-vision de celui ci qui est bien souvent erronée. Rien que le Titre "Drive" écrit par une typographie on ne peut plus conventionnelle des films de
courses ne m'a pas donné envie. Quelle ne fut pas ma surprise en regardant le film plus tard d'avoir en face de moi un film très intéressant et loin de ce à quoi je m'attendais.
Du fait en lisant ton article et en voyant l'affiche précédente qui, certes est moins dynamique et sans doute moins attractive pour le citoyen lambda, je me suis dit qu'il restait encore en ce
monde quelques publicitaires qui s'y connaissent en cinéma et en construction d'image.

Cette affiche résume en fait tellement mieux le film, sa notion d'attente, de questionnement sur le passé sur les actes du héros rien qu'à voir la provenance de la lumière et le regard vers la
gauche criant de vérité.
Et la typographie. Me gusta mais pourquoi l'avoir changée ! Ce coté pop, ce coté américain de la nuit, années 80 90 tellement en phase avec le film!

Tu sais le logo du festival de canne a finalement fonctionné pour moi parce que sans lui je n'aurais sans doute jamais regardé le film. mais bon. voila.

Je pense que j'ai écris ce commentaire avec les pieds mais bon.

Cafine.