Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 01:27

Voici nos premiers épisodes.

 L'idée est de vous proposer de prendre quelques minutes pour revenir sur un film méconnu ou oublié de tous.

 

Le premier est un pilote qui nous a servi de base.

Alors, certes Total Recall n'est pas vraiment un film méconnu mais revenir sur la version de Verhoeven quand le remake sort en ce moment en DVD/Blu-Ray nous paraissait intéressant.

 

 

 

 

Le second revient sur un petit bijou des eighties.

 Je préfère vous laisser la surprise.

 

 

 

 

N'hésitez pas à laisser vos commentaires ici ou directement sur Youtube.

Bon visionnage. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Fox 13/12/2012 21:24

Concernant Over The Top ("Bras de fer" en français puisque vous montrez des extraits VF), je tiens à souligner mon désaccord avec vous.

En effet, votre conclusion n'apporte rien aux centaines de conclusions que l'on peut lire et entendre depuis des années sur ce film : "un authentique nanard"

On aurait pu espérer, justement, que vous vous démarquiez de tous ces points de vue, lesquels sont selon moi erronés !

En effet, ce film souffre de la représentation négative (même lorsqu'elle est plein d'empathie) que l'on a des films de Stallone. J'ajoute que la version française participe de ce sentiment
stéréotypé pour les francophones.

Cependant, si l'on reprend le film en se défaisant de ses préjugés, et surtout si l'on regarde le film en version originale, on sera surpris de (re)découvrir un film bien plus profond qu'il n'y
paraît.

La première partie du film est en effet un road-movie de grande qualité, et on peut aller plus loin, il s'agit même d'un film intimiste assez dur où un père s'en prend plein la figure. En effet,
son fils ne l'aime pas, ne veut pas être avec lui et le lui fait bien comprendre.
On oubliera pas que le personnage de Stallone souffre de la coupure sociale, lui étant un pauvre routier, la mère de son fils étant de bonne famille.
Surtout, on ne peut laisser de côté le fait que la mère meurt au début du film.
Les émotions chez le père et le fils sont donc à leur paroxysme.


Ensuite, là où les voix originales se font basses, quasiment étouffées, les voix françaises se font caricaturales. Sans compter sur les ajouts quelque peu malhonnêtes de la VF, comme dans cette
courte scène où Stallone apprend à son fils à conduire : la VO montre le fils en train de conduire et rien n'est dit, la VF montre le fils et on entend la voix française de Stallone dire "regarde
la route, c'est une tradition quand on conduit."

Ensuite, le film s'articule effectivement sur les émotions que suscite le "personnage Sylvester Stallone", cet acteur que l'on va voir parce qu'on éprouve une certaine tendresse pour lui.
On pourrait dire qu'il s'agit d'un "Rocky-like" dans lequel Stallone incarne un loser qui va s'en sortir autant par sa force physique que par sa force morale. Over the top est d'autant plus
intéressant de ce point de vue qu'il offre deux enjeux : la victoire de Stallone aux championnats du monde de bras de fer afin de gagner un nouveau camion (qui est son gagne-pain) et la victoire
sur son fils qu'il doit conquérir.

L'un ne va évidemment pas l'autre, le tournant du film étant la première victoire : Stallone reconquiert son fils perdu à cause des mensonges du grand-père.

Néanmoins, la deuxième victoire au bras de fer n'est pas jouée d'avance, car on se remémore que Rocky perd en 1976 ! D'ailleurs, cette victoire aux championnats du monde de bras de fer est-elle
aussi importante que la reconquête de son fils ? Jusqu'au bout on ne peut être certain que Stallone va l'emporter : son fils lui a été à nouveau enlevé et il a affaire à des adversaires plus que
coriaces.

Alors il ne s'agit pas de faire d'Over the top un grand film. Disons qu'il aurait pu être un grand film dans la carrière de Stallone, après Rocky, F.I.S.T. et Rambo (et dans une moindre mesure
peut-être Escape to Victory de John Huston)

Le film pêche par des hésitations dues certainement aux producteurs qui auront voulu faire de ce film un divertissement plus ou moins pour enfants. Au lieu de demeurer un road-movie intimiste, le
film devient plus ou moins un film d'aventure pour enfants vers la fin, avec un improbable voyage réalisé seul par le fils de Stallone, et un grand-père (le pourri du film) déconfit de voir son
petit-fils heureux de retrouver son père.

On aurait aussi pu échapper à l'entraînement musical "à la Rocky" et les adversaires de Stallone auraient pu eux-même être moins caricaturaux (sont-ils cependant très éloignés de la réalité des
pratiquants de bras de fer ?).

Et pourtant, il faut reconnaître que la partie finale du championnat est un réel tour de force cinématographique. Tout comme dans les Rocky où les combats sont des petits chef-d'oeuvre de mise en
scène et de montage, les bras de fer ici sont palpitants et excitants, alors que cette discipline est d'une simplicité désarmante.

Enfin, comme de nombreux films de Stallone sabordés par une production peu regardante sur la qualité, Over the top aurait pu être un grand film. Il est donc un film imparfait. Il demeure tout de
même un excellent film "stallonien" victime de préjugés que l'on devrait dorénavant ranger au placard.